En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Lutte contre le gaspillage

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Publié le mercredi 18 octobre 2017 11:27 - Mis à jour le mardi 4 septembre 2018 09:57

Projet de lutte contre le gaspillage alimentaire sur le site des Castors de Bagnac.

 

La lutte contre le gaspillage alimentaire est devenue un enjeu majeur. En France, 10 millions de tonnes de produits  alimentaires sont perdus et gaspillés pour l ‘alimentation humaine. C’est l’équivalent de 16 milliards d’euros et représente un impact de 15,3 millions de tonnes de CO2 soit 3% de l’ensemble des émissions carbone de l’activité nationale (source ADEME).

Le Département du Lot lutte aussi contre ce fléau, en sensibilisant et en mobilisant ses équipes de restauration dans les collèges. Il encourage les initiatives innovantes, les méthodologies et soutient les personnels concernés à la  réflexion, à l’action, à la démonstration que le gaspillage alimentaire n’est pas une fatalité.

Qu’en est-il de nos deux sites de restauration ?

Pour le site de Figeac, la production de biodéchets (total des déchets de fabrication et de distribution à la fin du service) représente 8.80 tonnes par an. Pour le site de Bagnac cela représente environ 3.80 tonnes par an.

S’il a été mis en place depuis quatre années un compostage d’une partie de ces biodéchets, l’enjeu premier est bien de diminuer leur nombre.

Le site de Bagnac est pilote en la matière pour avoir mis en place diverses actions telles que les pesées des denrées et des déchets pour chacune des composantes des menus pendant une semaine, mise en place d’un buffet d’entrées en self service et en sensibilisant les personnels et les élèves.

L’équipe de cuisine en liaison avec Mme la CPE proposent d’aller plus loin en mettant en œuvre des process qui formaliseront des actions concrètes dès la rentrée des vacances de Toussaint.

1 – durant deux semaines il sera installé un gâchimètre permettant d’évaluer le gaspillage du pain. En effet, peu onéreux, le pain est souvent gaspillé en quantité. 

Démarches :

                A – organiser la sensibilisation au gaspillage du pain. A l’échelle individuelle, il peut être difficile d’évaluer l’impact d’un pain laissé non entamé sur le plateau.  Pour donner la mesure des conséquences de ces comportements individuels cumulés, le gâchimètre permettra de mesurer l’ampleur du gaspillage collectif.

                B – travailler sur la mise à disposition du pain en réfléchissant à l’emplacement de la corbeille à pain, à la restriction possible de l’accès à pain…

                C - organiser une campagne de communication, avec les élèves intéressés, sous forme d’affichage ou par le biais de l’écran informatif  installé dans la salle de restaurant.

                D – travailler sur la réutilisation du pain en excédent et non pris par les convives.

2 – l’exposition réalisée par le Conseil Départemental Jeune a été mise à disposition du site et installée dans la salle de restaurant.

3 – un écran informatif a été installé dans la salle de restaurant et permet de servir de support visuel pour les travaux réalisés autour du gaspillage alimentaire.

4 – élargissement du concept du self service (à la vue du résultat probant pour les entrées) aux garnitures d’accompagnement (légumes, sauce) du plat principal. Cet élargissement sera mis en route dans la première partie de l’année 2018 avec la réorganisation du self.

5 – mise en place d’un service à la demande pendant une période d’une semaine pour évaluer l’impact de ce service sur la quantité gaspillée en fin de repas. Un menu type sera proposé sur deux semaines, avec un service traditionnel sur une semaine et un service à la demande sur la deuxième.

Toutes ces actions programmées sur le site de Bagnac et organisées autour d’une commission de restauration composée d’adultes mais aussi d’élèves du collège permettront :

1 – de sensibiliser les utilisateurs du restaurant.

2 – de construire une vraie réflexion avec les élèves sur les solutions possibles en les impliquant dans le projet global (élèves –acteurs).

3 – l’appropriation par les élèves du projet de lutte contre le gaspillage (élèves – citoyens).

L’implication et le soutien de tous est indispensable à ce projet.

Pièces jointes

À télécharger

 / 1